Le handicap mental

Ces informations sont tirées de la plaquette de l’Unapei Picardie, elle – même fédérée à l’UNAPEI, c’est-à-dire l’Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis.

En 2014 l’UNAPEI comptait :

  • 550 associations de bénévoles
  • 60 000 familles adhérentes
  • 3100 établissements
  • 80 000 professionnels accompagnent dans ces établissements 180 000 personnes handicapées mentales

Au – delà de l’accueil et de l’accompagnement humain, il est nécessaire pour ces personnes déficientes intellectuelles de pouvoir se repérer, s’orienter, et de déplacer facilement dans les lieux qu’elles fréquentent.

De plus elles doivent être aidées pour exprimer leurs besoins.

La prise en compte de ces difficultés doit passer par l’utilisation d’une signalétique adaptée qui doit être le plus souvent associée à des pictogrammes.

Quelques exemples d’aménagements:

  • Afficher clairement les consignes de danger
  • Mettre un marquage bien visible dans les couloirs
  • Proposer un plan d’orientation adapté lorsque la configuration de l’établissement est complexe

Témoignage « Le handicap mental »

Qui n’est pas concerné par le handicap mental d’un proche ne peut mesurer l’immensité des difficultés et des tracasseries de toutes sortes auxquelles les aidants doivent faire face.

Après l’annonce du handicap, après la nécessaire acceptation, selon le handicap les circonstances et le parcours de chacun, il faut vivre et aménager son quotidien en fonction de besoins et de modalités inconnus de la plupart des gens.

Le regard insistant, curieux souvent dérangeant des autres est une difficulté de plus : alors quel soulagement lorsque vous apprenez qu’enfin une association, un organisme ou une entreprise forme une partie de son personnel au handicap mental et à ne plus regarder nos enfants, nos frères ou sœurs comme des extra-terrestres, mais comme des humains, un peu particuliers certes, mais à qui l’on peut parler, que l’on peut aider tout simplement pour voyager ou se déplacer par exemple.

Nos frères en humanité ont les mêmes droits que chacun d’entre-nous, alors rendons leur vie et celle de leurs aidants la plus douce et la plus facile possible et n’ayons plus peur d’eux en les intégrant du mieux possible à notre société.

La déficience visuelle

QUELQUES CHIFFRES

En France, plus de 1 Million de personnes sont atteintes d’un trouble de la vision : 1, 2 Million selon les chiffres de l’enquête HID (Handicaps Incapacités Dépendance) ou 1,7 Million selon la Direction de la Recherche des Etudes de l’Evaluation et des Statistiques (DREES).

Parmi ces déficients visuels, on compte plus de 200 000 aveugles ou malvoyants profonds: les premiers ne perçoivent pas la lumière, les seconds ont une vision résiduelle limitée à la distinction de silhouettes. Les malvoyants moyens (plus de 930 000) présentent une incapacité visuelle sévère : en vision de loin, ils ne peuvent distinguer un visage à 4 mètres ; en vision de près, la lecture leur est impossible. En France, la prévalence de la cécité est plus importante chez les femmes que chez les hommes.

Selon l’enquête HID (Handicaps Incapacités Dépendance) seulement 42% des aveugles et malvoyants profonds déclarent avoir un taux d’incapacité ou d’invalidité reconnu, 25% pour les malvoyants moyens. Les aides techniques destinées à la compensation du handicap restent peu utilisées : 15% des déficients visuels déclarent utiliser des aides visuelles

Il est à noter qu’actuellement, 50% des personnes déficientes visuelles sont au chômage.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) au niveau mondial, les cas de cécité imputés à une infection se raréfient ; en revanche, un doublement du nombre de déficients visuels serait à prévoir d’ici 2050 : en effet le vieillissement de la population s’accompagne d’une recrudescence de la cécité puisque 51% des cas sont dus à la cataracte liée à l’âge mais un traitement adapté pourrait intervenir positivement dans trois quarts des cas.

Ce forum « Ensemble pour une accessibilité réussie » est l’occasion de vous familiariser avec ce handicap qu’est la déficience visuelle, de rencontrer des malvoyants et partager leurs expériences, de trouver des aides auprès des organismes présents tels que Cap Emploi, Sameth ou la MDPH.

Alors rendez-vous le 22 juin 2017 de 9h00 à 19h00;

vous y serez les bienvenus!